Reconnaissance faciale : comment ça fonctionne ?

Moyen d’identification automatique, la reconnaissance faciale ne laisse personne indifférent. En effet, nombreuses sont les personnes qui souhaitent savoir en quoi elle consiste. Quelle est son mode de fonctionnement ? Est-elle un danger pour les libertés individuelles ?

Qu’est-ce que la reconnaissance faciale ?

Technique d’identification moderne, la reconnaissance faciale consiste à reconnaitre ou authentifier l’identité d’un individu sur une photo ou une vidéo. Pour ce faire, on introduit une photo de ce dernier, puis on compare les traits de son visage avec celles d’images existantes dans une base de données. Fondée sur l’intelligence artificielle, la technologie de la reconnaissance faciale combine des procédés comme la biométrie, la cartographie 3D, etc.

De nos jours, elle est utilisée pour répondre aux questions de sécurité par les :

  • applications ;
  • aéroports ;
  • plateformes de réseaux sociaux,etc.

Quel est son mode de fonctionnement ?

Si la reconnaissance faciale fait aujourd’hui de nombreux utilisateurs, certaines personnes, en revanche, restent réticentes à son égard. Cette réticence trouve sa source dans le besoin de comprendre cette nouvelle technologie. Aussi simple que cela puisse paraître, posons-nous la question de savoir comment s’effectue l’opération de reconnaissance faciale ?

Procédant par étapes, le processus de reconnaissance faciale s’effectue en deux phases. La première qui est la plus simple consiste en la prise en photo d’une personne pour la stocker comme point de référence dans une base de données. Ensuite, chaque fois qu’il sera nécessaire d’effectuer une vérification d’identité, on comparera cette image avec une seconde prise à l’aide d’une caméra ou d’un appareil photo.  

Vous vous demandez comment cela est-il possible ? 

Sachez que le processus de reconnaissance faciale se fonde sur des algorithmes. À l’exception des cheveux, ces algorithmes, pour identifier une personne, utilisent les traits de son visage comme :

  • la distance entre les pupilles ou celle entre le menton ou les lèvres ;
  • les arêtes du nez ;
  • la base des oreilles, etc.

Pour une meilleure reconnaissance faciale, il est important de s’assurer de la qualité des photos. La reconnaissance faciale tient donc ses insuffisances de ce point. Au-delà donc de ses avantages, cette technologie a en effet ses limites. Par exemple, il peut arriver que la mauvaise qualité d’une image conduise à confondre une personne avec un criminel. Pis encore, un mauvais usage des données stockées peut mettre en mal la liberté et l’intimité des personnes.